Le programme personnalisé de réussite éducative (PPRE) est un dispositif spécifique d’aide, intensive et de courte durée, à destination d’élèves en difficulté dans l’acquisition des compétences du socle commun. Il nécessite un engagement écrit entre l’élève, sa famille et l’équipe éducative. Le PPRE consiste en un plan coordonné d’actions, conçu pour répondre aux difficultés scolaires rencontrées par un élève et formalisé dans un document qui précise qui précise les objectifs, les modalités pédagogiques, les échéances et les modes d’évaluation.

1. Repérage des élèves

Le repérage repose sur les éléments recueillis :

  • à partir de la fiche de liaison cours moyen 2e année (CM2)/6e. Un dispositif spécifique peut être proposé : le PPRE « passerelle » ;
  • lors des conseils de classe, de cycle ou du socle ;
  • par les enseignants, à tout moment de l’année, pour les situations apparaissant comme nouvelles et problématiques ;
  • par un dispositif de veille et de suivi de l’établissement, notamment pour les objectifs d’amélioration du comportement, portés par certains PPRE.

2. Diagnostic

  • Identification des compétences du socle commun non maîtrisées et de leur degré d’acquisition ;
  • repérage des points d’appui pertinents (mémoire, motivation, aptitudes à l’oral, etc.) ;
  • connaissance de l’origine des difficultés : comportement, capacité de travail, problèmes sociaux, psychologiques et/ou de santé ;
  • choix des compétences à travailler prioritairement.

3. Définition d’objectifs

Pour l’élève :

  • maîtriser les compétences du socle afin de tirer profit des situations pédagogiques rencontrées en classe ;
  • réduire l’écart entre les compétences acquises et les exigences du socle commun à la fin de chaque cycle ;
  • améliorer l’estime de soi.

Pour l’équipe pédagogique et éducative :

  • conduire l’élève à donner le meilleur de lui-même en individualisant son parcours scolaire ;
  • redonner du sens aux apprentissages de l’élève ;
  • prendre en compte l’origine des difficultés et y apporter des solutions en termes de points d’appui ou de compétences, même partielles ;
  • impliquer l’élève et associer la famille. L’adhésion, la confiance et la participation de l’enfant et de sa famille sont déterminantes pour la réussite du programme.

4. Modalités du PPRE

  • Formalisation par l’équipe pédagogique d’un document de suivi à destination de l’élève et des parents ;
  • implication de tous les membres de la communauté éducative : direction, conseil pédagogique, professeur principal, conseiller principal d’éducation (CPE), assistant d’éducation ou pédagogique, psychologue de l’éducation nationale (PsyEN), assistant de service social en faveur des élèves, infirmier, etc. (éventuellement, mise à disposition d’un cahier des charges et d’un échéancier) ;
  • mise en place de partenariats :
  • suivi médical, orthophoniste, psychologique ;
  • soutien scolaire en lien avec le milieu associatif ;
  • accompagnement éducatif ;
  • dispositif « devoirs faits » ;
  • accès à la culture, aux activités sportives ;
  • dispositif de réussite éducative piloté par la ville ;
  • définition d’une durée optimale du dispositif ;
  • mise en place d’un tutorat (professeur principal ou professeur référent, CPE) ;
  • mise en place d’un tutorat avec un élève (coopération entre pairs) éventuellement ;
  • évaluation personnalisée, fondée sur l’acquisition de compétences, préférable à une simple notation des résultats.

5. Mise en œuvre du PPRE

  • Mise en pratique, dans la classe, d’une individualisation de l’enseignement, impliquant une différenciation pédagogique :
  • on peut aligner les cours d’un niveau de façon à ce que plusieurs enseignants interviennent sur la même plage horaire et constituent des groupes d’élèves basés sur les compétences (les groupes doivent bien sûr évoluer au cours du temps) ;
  • on peut constituer des groupes semi-hétérogènes de compétences (avec certains élèves ayant des difficultés et d’autres présentant moins de difficultés, afin de créer une émulation) ;
  • l’enseignant peut être secondé d’un assistant d’éducation qui, par exemple, prend en charge les élèves n’ayant pas de difficultés sur les compétences travaillées un jour donné, à l’aide d’un logiciel (se reporter aux exemples de la boîte à outils) ;
  • organisation de petits groupes de besoins éventuellement dans le cadre de l’accompagnement personnalisé et/ou en co-enseignement (ces groupes doivent bien sûr évoluer au cours du temps en fonction des besoins) ;